La danse contemporaine au cœur du Riad à Marrakech

Marrakech a toujours su préserver et promouvoir les activités culturelles et artistiques. Le pays en est arrivé là parce que dans le processus de développement du secteur touristique, les professionnels se sont rendu compte que la culture est l’un des atouts qui marchent. La culture permet deux choses : premièrement, elle permet au touriste de se rendre compte que le pays dans lequel il va (le Maroc) est intéressant, on y pratique de nombreuses activités, il faut y aller. Deuxièmement, préserver et encourager la culture permet de préserver un patrimoine durement acquis au fil des siècles, comme la tradition du Riad à Marrakech qui existe depuis des siècles et qui est devenue un symbole représentatif du Maroc. Parmi les arts et les évènements qui se déroulent à Marrakech, nous pouvons citer la danse contemporaine et son festival « on marche ».

Le festival de danse contemporaine « on marche »

L’année 2015 est une occasion de célébration pour le festival international de danse contemporaine « on marche », puisque l’évènement fête sa dixième édition, cela s’est déroulé du 10 au 14 mars 2015. Le crédo de cet évènement est de mettre en place des activités et des animations dans les rues, ces dernières sont généralement gratuites. À cette occasion, trois générations de danseurs contemporains seront réunies sur les différentes scènes. Des spectacles que les habitants, même saisonniers du Riad à Marrakech ne devraient pas manquer. Parmi les danseurs présents, on retrouvera les jeunes issus de deux écoles professionnelles de danse contemporaine de Casablanca et de Marrakech. Le public pourra découvrir cinq pièces réalisées par des Marocains en avant- première, notamment Becoming de Youness Khoukhou, ou encore Kamiz-Art de Rachid El Bandki.

Étant gratuits, les spectacles sont présentés à l’intention des curieux, mais aussi des connaisseurs et la plupart d’entre eux seront présentés à l’ESAV (école supérieure des arts visuels de Marrakech), sur la place Jemaa El Fna, mais aussi le théâtre de Dar Ettafaka, quelques lieux appréciés par les touristes, en plus d’être à proximité des principaux Riad à Marrakech. L’objectif visé par ce principe est de rendre accessibles les arts chorégraphiques à tous les gouts et toutes les couches sociales. Le festival est organisé par l’association portant le même nom « on marche » sous la direction artistique d’Izeddiou Taoufiq, chorégraphe.

Le Riad à Marrakech au cœur du festival des nomades

Une fois de plus, le Maroc se fait l’écrin et même le gardien de la culture marocaine et internationale. Si on considère les monuments spectaculaires, les différents centres culturels, le Riad à Marrakech et tous les évènements qui se tiennent chaque année au Maroc, il n’y a aucun doute que le pays accorde une grande place à la culture, qui est perçue non seulement comme un moyen de préserver le patrimoine national, mais aussi un outil de promotion du pays aux yeux des populations étrangères. Parmi les nombreux évènements qui attirent les étrangers chaque année au Maroc, nous pouvons citer le Festival international des nomades qui en était à sa douzième édition en 2015. Durant cet évènement, l’échange artistique était bel et bien au rendez-vous. Les participants ont pu assister à des spectacles musicaux, la course des dromadaires, le match de hockey sur sable et de nombreuses autres animations.

Pour cette douzième édition du festival international des nomades, le thème retenu était «Les nomades d’Afrique, entre diversité régionale et culture commune ». L’échange entre les artistes et les participants était réellement perceptible et palpable. Que l’on vienne du Riad à Marrakech, d’une villa à Casablanca ou d’un hôtel à Rabat, tous les participants ont pu trouver satisfaction en se rendant à l’évènement. Le succès de cette édition était étonnant. L’évènement acquiert une réputation de plus en plus forte. Le nombre de visiteurs qui y viennent augmente considérablement chaque année, autant les nationaux sont plus présents, autant les touristes le sont aussi. Les participants ont pu expérimenter de grands moments de rencontre, de synergie, de partage et de communion, autour des différentes articulations culturelles de l’évènement. Le Directeur du festival se montre satisfait du rendement obtenu.

Comme durant les années précédentes, différents styles de musiques, de danses et de chants ont été présentés avec environ 15 concerts pleins de couleurs, d’enchantement et d’émotions. Le point phare du festival a été la prestation de la troupe musicale originaire du Mali « Demba Demba ». Les participants venus du Riad à Marrakech ont eu le plaisir de vivre ces moments. Quant à la soirée de clôture, elle a été marquée par l’association de la troupe Ittihad Sghir et l’Allemande Rebecca, pour un duo mémorable. Une association de cultures qui est bien le reflet de l’évènement. Les participants ont également pu assister à des spectacles de danse et de chant choral, notamment avec Mustapha Gamrani. Vivement la prochaine édition qui est pleine de promesses.

Le Riad à Marrakech et la ville de Rabat s’ouvrent à l’art du piano

Le Maroc a déjà prouvé à plusieurs occasions que la culture est un pilier important dans son quotidien et son économie. C’est pour cette raison que l’on retrouve de nombreux évènements qui célèbrent l’art et la culture. Quand on loue un Riad à Marrakech on a l’occasion d’assister à de nombreux évènements culturels. Cette fois c’est les villes de Rabat et Casablanca qui ont été mises à l’honneur et qui ont célébré le piano. En effet, durant le mois de mars 2015, les deux capitales du royaume ont abrité la 15e édition du concours international de piano de l’Orchestre Philharmonique du Maroc(OPM). Souvenons-nous que la 14e édition a été clôturée avec la victoire du français François Dumont. Cette année, du 14 au 21 mars 2015, 6 candidats d’origines diverses étaient en compétition, ils se sont affrontés durant des solos, des récitals et des demi-finales, le tout avec l’accompagnement de l’OPM. Les candidats étaient les Russes Ilya Kondratiev, Dimitri Shishkin et Sergey Belyavskiv, âgés de 26 pour le premier et 22 ans pour les deux derniers ; l’italien Leonardo Colafelice âgé de 19 ans, le Sud-Coréen Joo Hyeon Park âgé de 27 ans et le Roumain Daniel Ciobanu âgé de 24 ans.

Les Riad à Marrakech accueillent aussi ce genre d’évènements tout au long de l’année, ce qui donne encore plus de raisons aux touristes de les apprécier. L’évènement était organisé selon une programmation précise. Les spectateurs ont pu assister à des récitals solos le samedi 14 mars au cinéma Rialto dans la ville de Casablanca entre 15h et 20h, entrée payante. Les demi-finales se sont tenues les 16 et 17 mars toujours au Rialto à Casablanca, entrée toujours payante. Quant à la finale, elle s’est tenue dans la ville de Rabat le 20 mars, au cœur du Théâtre national Mohammed V, à 20h30. Durant la soirée les spectateurs ont apprécié les différentes prestations et ont voté afin de désigner le vainqueur du concours parmi les trois finalistes. Le programme musical de la finale présentait des références comme Beethoven, Chopin, Liszt, Tchaïkovski, etc. Le jury international était présidé par Andrzej Jasinski.

Le concours international de piano de l’OPM existe depuis 2001 et environ 100 jeunes originaires de 10 pays différents y ont déjà participé. Le palmarès de cette 15e édition était dominé par la Roumanie. Au total on comptait 5 prix réservés pour cette édition, la Roumanie, sous les traits du pianiste Daniel Ciobanu, a remporté trois prix différents. De nombreux artistes issus du Riad à Marrakech ont pu assister à son triomphe. Le roumain a remporté le premier prix devant l’italien Leonardo Colafelice et le Coréen Joo Hyeon Park.