La place Jamaa El Fna, un cœur qui bat à Marrakech

jemaa el fna dar ilhamIl y a toujours une fenêtre, une porte, un premier pas pour découvrir un autre monde, une autre dimension culturelle. La place Jamaa El Fna, ouverte sur un ciel perpétuellement clément, est à la fois le centre névralgique de la ville rouge et la première étape vers les mystères de l’orient ancestral.

Etre arrivé la veille et s’être alangui au rythme délicieusement douillet d’un riad, avoir gouté au calme serein d’un patio ombragé où le seul bruit est un chant d’oiseau ne peut préparer à l’immersion dans le tumulte de la Place Jamaa El Fna. Ici c’est tout l’orient volubile et bon enfant qui s’offre à l’œil et à l’oreille.
C’est un peu comme faire un saut dans le temps et oublier la technologie policée et prévisible pour se plonger dans l’inattendu et le décalé. Tout d’abord la foule qui s’agite et déambule, puis les odeurs tranchées des petites grillades et autres brochettes, viennent ensuite les cris jetés par les montreurs de serpents et les bonimenteurs, les lumignons qui luisent dans la fumée des braseros. On s’approche avec un peu d’appréhension, on joue des coudes et puis on se lance dans la vague.

L’enthousiasme est immédiat, on se sent entouré d’une joyeuse cacophonie dont on a envie de faire partie sans réserve. Un premier tour de la place, une sorte de repérage est nécessaire avant de revenir pas à pas vers chaque étal où les surprises ne manquent pas.
Un homme vend avec beaucoup de sérieux des dents à l’unité ou des dentiers complets, précisant que tous ses articles ont déjà été utilisés et que c’est une garantie de qualité. Un groupe de musiciens accompagnent en sourdine un couple étrange qui semble raconter une histoire terrible. L’homme qui déclame et invective la foule se tourne régulièrement vers la danseuse toute de voiles vêtue qui tourbillonne et en y regardant de plus près la danseuse est un homme. La puissance de l’évocation est quasi hypnotique, même si la signification nous échappe, faute de parler la langue, il est très difficile de cesser d’appartenir au cercle des spectateurs dont les grimaces, les rires ou les peurs affichées font aussi partie du spectacle.
Une petite pose est indispensable pour reprendre ses esprits, chez Aïcha, l’un des restaurants en plein air, la nourriture que vous allez choisir est savamment disposée sur un tréteau, elle donne envie, pas d’hésitation, il faut goûter les brochettes et les petites saucisses grillées accompagnées d’une sauce épicée qui ravira tous les palais. Les prix sont modiques et la note est calculée sur la nappe en papier et s’accompagne toujours du sourire du serveur pourtant très affairé.

Contrairement à nos contrées où il est difficile de communiquer et de rentrer en contact les uns avec les autres, ici tout le monde se parle, pose des questions et veut échanger en toute simplicité. Si l’on rentre dans le jeu avec décontraction, alors la porte s’ouvre pour dénicher le vrai orient celui de la gentillesse, de la bonhomie et de la convivialité.

Incoming search terms:

  • dentiers place marrakech

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge